L’hôpital de jour ou comment préserver l’autonomie de la personne âgée

Situé à Machecoul, l’hôpital de jour d’évaluation gériatrique (HDJ) accueille des personnes âgées fragiles, accompagnées d’un proche, dans l’objectif de préserver ou de restaurer l’autonomie de la personne âgée, de contribuer au maintien à domicile et d’aider à organiser l’aide aux aidants.

1 – A 8h30, la journée commence. Odette, 85 ans, et son fils, Christian, sont accueillis à l’HDJ. C’est son médecin traitant qui l’a adressée. Depuis quelques temps déjà, elle a des petits oublis, sans compter qu’elle a perdu du poids et qu’elle marche de plus en plus difficilement.

2 – Christelle, aide-soignante vient à leur rencontre pour leur expliquer le déroulement de la journée. Odette verra plusieurs professionnels qui chacun recueilleront un ensemble d’informations permettant une évaluation globale de ses besoins. Puis Christelle leur demande comment ça se passe à la maison, s’il y a des troubles de la mémoire, s’il y a des aides à domicile, si une inscription en maison de retraite est déjà réalisée… Bref, Christelle essaie de se faire une idée de l’autonomie globale d’Odette.

3 – Puis c’est le tour de Célia, neuropsychologue qui évalue l’état cognitif et psychologique d’Odette. Elle dépiste un éventuel déclin cognitif et prescrit éventuellement des examens complémentaires. Les patients avec des troubles cognitifs ont besoin d’une surveillance plus rapprochée car ils font plus de chutes, et sont hospitalisés plus régulièrement. Célia s’intéresse aussi au moral d’Odette. La dépression est fréquente chez la personne âgée, et elle est généralement sous-diagnostiquée.

4 – Odette et Christian rencontrent ensuite Stéfanie, infirmière puis le médecin pour un examen global.

5 – Dernière rencontre avec le kiné. Rappelons qu’un des premiers motifs d’hospitalisation chez la personne âgée est la chute à domicile. Le kiné examine la façon dont marche Odette et propose en fonction des besoins une aide technique à la marche ou une rééducation auprès d’un kiné de ville.

6 – Il est 12h. Pause dans le salon, devant la TV si Odette le souhaite. Pendant ce temps, l’équipe échange sur les patients vus ce matin-là. Chacun fait part des éléments qu’il juge importants pour corriger les facteurs de fragilités et prévenir un vieillissement pathologique. La nutrition, la marche, la mémoire, le traitement médical, le plan d’aide à domicile, l’apport d’une aide psychologique…sont analysés. Puis des recommandations destinées à favoriser le maintien à domicile et éviter l’hospitalisation sont formulées.

7 – 12h30, c’est l’heure du repas qu’Odette et Christian partagent avec les autres patients et toute l’équipe qu’ils ont rencontrée ce matin.

8 – 14h, dernière étape de la journée, le bilan. Odette et Christian rencontrent de nouveau le médecin qui leur présente le résultat de l’évaluation. Il propose des pistes pour améliorer la vie au quotidien et prévenir la dépendance. Une inscription dans une maison de retraite peut être proposée de façon anticipée si Odette est très fragile….

Toutes les informations et les recommandations formulées par l’équipe sont synthétisées dans un courrier adressé au médecin traitant d’Odette et à tous les partenaires de l’hôpital qui interviennent pour l’accompagner à domicile.

Pour contacter l’HDJ : 02 40 78 44 23

Equipe HDJ Machecoul
Équipe de l’hôpital de jour de gériatrie

Hôpital de Machecoul

4 Boulevard des Régents,
44270 Machecoul

Tél. : 02 40 78 44 73

Actualités associées

Comment rester en contact ou prendre des nouvelles de son proche hospitalisé ou en EHPAD ?

Dans le cadre de l’épidémie de COVID-19, l’interdiction des visites des proches et la forte mobilisation des équipes soignantes imposent que nous organisions les modalités de contact avec les patients et les résidents ainsi qu’avec les professionnels de santé.

L’équipe mobile de gériatrie : une équipe spécialisée à l’écoute des besoins de la personne âgée

D’ici 2050, la population française comptera 16% de personnes âgées de plus de 75 ans soit plus de 11 millions de personnes (contre 9% soit 6 millions aujourd’hui).
Au CHLVO, plus d’1 patient hospitalisé sur 3 a plus de 75 ans. Cette proportion atteint même 1 sur 2 dans les services de soins de suite et de réadaptation.